31/12/16

POUR UNE ÉDUCATION AU SERVICE DES GENS, DES CONNAISSANCES ET DE LA CULTURE

Depuis longtemps et de manière persistante, divers organismes publics et privés se sont fait l'écho de propositions émanant de la Banque mondiale et de l'OCDE, qui se veulent progressistes et innovantes mais qui ont des conséquences négatives pour notre système éducatif et le niveau culturel et professionnel de notre citoyenneté.

Préoccupés par ces faits, les personnes qui signent ce document tiennent à déclarer que :

1. L'accès à la culture et au savoir est essentiel pour l'émancipation personnelle et sociale et contribue ainsi à réduire les inégalités. Empêcher les nouvelles générations cet accès, il les arnaque et leur refuse la possibilité de profiter d'une vie bien remplie dans les sphères personnelle, sociale et professionnelle. Le système éducatif doit offrir une formation globale qui nous permette de comprendre le monde, ses problèmes et de fournir des outils pour l'améliorer.

2. Cependant, les modifications réglementaires et la politique de l'administration de l'éducation poursuivent d'autres objectifs. Dans la ligne marquée par des organismes au service des multinationales et protégeant le prestige qu'a dans notre pays le mouvement de renouveau pédagogique, on essaie d'expulser de l'école les savoirs, déplacés par des concours supposés qui, sans eux, sont vides et seuls utile pour l’exercice d’un travail peu qualifié. Ces changements d'objectifs et de méthodologies d'enseignement n'ont pas été le résultat d'un débat avec les enseignants, mais d'une imposition, souvent canalisée par des organisations privées telles que Escola Nova 21, Telefónica, Google ou La Caixa, avec le soutien de certains médias. Au contraire, les enseignants, qui travaillent dans des conditions difficiles en raison des coupes budgétaires et de l'environnement social, sont dénigrés et privés de l'autorité scientifique et académique.

3. L'axe du changement est de mettre en œuvre, à toutes les étapes du système éducatif, ce que l'on appelle l'apprentissage basé sur les compétences. Celle-ci, bien qu'elle n'ait pas de définition précise et généralement acceptée, prend souvent la forme de proposer à l'élève des problèmes qu'il doit résoudre en utilisant les connaissances qu'il juge nécessaires et qu'il est capable de trouver. Il est clair, et l'expérience le confirme, qu'avec cette approche, il est très difficile pour l'étudiant de réaliser une formation complète, qui doit inclure l'assimilation d'un corpus structuré de connaissances, au niveau de chaque étape. D'autre part, cette approche accroît le dévouement des enseignants à des tâches bureaucratiques d'utilité douteuse, au détriment de l'attention portée aux activités de formation proprement dites et du soutien aux étudiants.

4. Afin de mettre en œuvre les changements, le pouvoir des directions d’établissement a été renforcé, tant dans la définition du projet du centre que dans la sélection du personnel enseignant sans critères objectifs ni transparence. Avec ce qui est présenté comme une amélioration de l'autonomie des centres, il est possible qu'une partie du personnel enseignant, par affinité ou par peur de mettre en danger son travail, assume sans réserve les orientations de la direction. De plus, cette politique accroît la ségrégation au sein du système éducatif en créant ou en approfondissant les différences entre les écoles publiques elles-mêmes.

5. Dans ce contexte, au cours de la dernière campagne électorale, le Département de l’éducation du Gouvernement a annoncé que, sous les auspices de la LOMLOE, il rédigeait un décret visant à réformer le baccalauréat. Dans le même temps, et avec une couverture médiatique égale, il a été annoncé que trois professeurs de lycée avaient lancé l'initiative Changeons le lycée et certaines informations montraient des élèves angoissés à l'idée de devoir passer les examens d'entrée à la Université.

6. Avec l'argument que l'ESO travaille avec compétence et non le baccalauréat, il s'agirait de changer le baccalauréat et les examens d'entrée, comme étape intermédiaire vers leur suppression. L’université changera plus tard selon ce même critère. Mais il n'est pas clair pourquoi une étape obligatoire et une autre qui ne l'est pas, avec des objectifs très différents, doivent être homogènes. Et avant de faire d'autres changements, nous devons évaluer les résultats de ceux qui ont été faits dans ESO. Car si le problème est que les élèves de l'ESO compétent n'ont pas assez de connaissances pour étudier le baccalauréat, il faudrait changer l'ESO plutôt que le baccalauréat.

7. Les systèmes éducatifs doivent être ouverts au renouvellement des contenus et des méthodes dans le but que l'étudiant assimile solidement ses propres connaissances de chaque étape et acquière les capacités et attitudes correspondantes. La critique est une condition nécessaire à l'amélioration. Mais cela ne signifie pas renoncer aux objectifs fondamentaux de l’éducation ; former des personnes éduquées, avec des connaissances solides et structurées et avec un esprit critique et solidaire, et non une « usine » de personnes sans instruction, soumises et flexibles, au service prioritaire du système économique.

8. Nous exigeons donc que les réformes de l'éducation ne soient pas fondées sur des propositions de personnes ou d'entités prétendument expertes, qui sont parfois au service d'objectifs opposés à ceux de l'éducation. Et d'éviter des changements mal pensés et dont les conséquences sont incertaines car dans le domaine de l'éducation, ils ont des conséquences difficiles à inverser et éventuellement négatives pour les personnes concernées.

Nous pensons également que la définition des objectifs, des contenus et des formes de notre système éducatif doit être le résultat d'un processus participatif.

Pour tout cela, du SIEC (Ithaca Seminar on Critical Education) nous demandons qu'en tant que professionnels de l'éducation, en tant que familles, en tant que personnes liées à l'éducation ou en tant que citoyens, signent ce manifeste et le diffusent, comme première étape pour ouvrir un débat sur la question et mettre en place des mécanismes pour éviter que le système éducatif ne finisse par être mis au service des multinationales et non des personnes.

Vous voulez savoir quelles personnes se sont inscrites ?                    Voulez-vous signer le manifeste ?